Les approches de l’amour et du baiser – Louis ARAGON

alexandra

Elle s’arrête au bord des ruisseaux

Elle chante

Elle court

Elle pousse un long cri vers le ciel

Sa robe est ouverte sur le paradis

Elle est tout à fait charmante

Elle agite un feuillard au dessus des vaguelettes

Elle passe avec lenteur sa main blanche sur son front pur

Entre ses pieds fuient les belettes

Dans son chapeau s’assied l’azur

[Le Mouvement perpétuel]

Publicités

A des âmes envolées – Victor HUGO

Ces âmes que tu rappelles,
Mon coeur, ne reviennent pas.
Pourquoi donc s’obstinent-elles,
Hélas ! à rester là-bas ?

Dans les sphères éclatantes,
Dans l’azur et les rayons,
Sont-elles donc plus contentes
Qu’avec nous qui les aimions ?

Nous avions sous les tonnelles
Une maison près Saint-Leu.
Comme les fleurs étaient belles !
Comme le ciel était bleu !

Parmi les feuilles tombées,
Nous courions au bois vermeil ;
Nous cherchions des scarabées
Sur les vieux murs au soleil ;

On riait de ce bon rire
Qu’Éden jadis entendit,
Ayant toujours à se dire
Ce qu’on s’était déjà dit ;

Je contais la Mère l’Oie ;
On était heureux, Dieu sait !
On poussait des cris de joie
Pour un oiseau qui passait.

Victor HUGO