Encore un peu ta bouche en pleurs… – Charles GUÉRIN

amoreux

Encore un peu ta bouche en pleurs, encore un peu
Tes mains contre mon cœur et ta voix triste et basse ;
Demeure ainsi longtemps, délicieuse et lasse,
Auprès de moi, ma pauvre enfant, ce soir d’adieu.

Les formes du jardin se fondent dans l’air bleu,
Le vent propage en l’étouffant l’aveu qui passe ;
L’heure semble éternelle au couple qui s’enlace,
Et l’ivresse de vivre unit les chairs en feu :

Ah ! qu’il nous faut souffrir, ce soir, ma bien-aimée !
Doigt par doigt, jeu pensif, j’ouvre ta main fermée ;
Nous n’osons pas songer à l’approche du jour.

Tu sanglotes, ta calme étreinte se dénoue ;
Et sur la pauvre humilité de notre amour
Le ciel, nocturne paon étoilé, fait la roue.

Charles GUÉRIN

Publicités

Le vent est doux comme une main de femme – Charles GUÉRIN

Amy Judd
Amy Judd

Le vent est doux comme une main de femme,
Le vent du soir qui coule dans mes doigts ;
L’oiseau bleu s’envole et voile sa voix,
Les lys royaux s’effeuillent dans mon âme ;

Au clavecin s’alanguissent les gammes,
Le soleil est triste et les cœurs sont froids ;
Le vent est doux comme une main de femme,
Le vent du soir qui coule dans mes doigts.

Je suis cet enfant que nul ne réclame,
Qu’une dame pâle aimait autrefois ;
Laissez le soleil mourir sur les toits,
Dormir la mer plus calme, lame à lame…
Le vent est doux comme une main de femme.

Charles GUÉRIN