J’veux du soleil — Au P’Tit Bonheur

 Etsy
Je suis resté qu’un enfant
Qu’aurait grandi trop vite
Dans un monde en super plastique
Moi j’veux retrouver… Maman !
Qu’elle me raconte des histoires
De Jane et de Tarzan
De princesses et de cerfs-volants
J’veux du soleil dans ma mémoire.

J’veux du soleil

J’veux traverser des océans
Et devenir Monte-Christo
Au clair de lune
M’échapper de la citadelle
J’veux devenir roi des marécages

Me sortir de ma cage
Un Père Noël pour Cendrillon
Sans escarpin…

J’veux faire danser Maman
Au son clair des grillons
J’veux retrouver mon sourire d’enfant
Perdu dans le tourbillon
Dans le tourbillon de la vie
Qui fait que l’on oublie
Que l’on est resté des mômes
Bien au fond de nos abris.

J’veux du soleil

Publicités

Fragment – Alfred de MUSSET

Image

Quand je t’aimais, pour toi j’aurais donné ma vie,

Mais c’est toi, de t’aimer, toi qui m’ôtas l’envie.
A tes pièges d’un jour on ne me prendra plus ;
Tes ris sont maintenant et tes pleurs superflus.
Ainsi, lorsqu’à l’enfant la vieille salle obscure
Fait peur, il va tout nu décrocher quelque armure ;
Il s’enferme, il revient tout palpitant d’effroi
Dans sa chambre bien chaude et dans son lit bien froid.
Et puis, lorsqu’au matin le jour vient à paraître,
Il trouve son fantôme aux plis de sa fenêtre,
Voit son arme inutile, il rit et, triomphant,
S’écrie : « Oh ! que j’ai peur ! oh ! que je suis enfant ! »

Alfred de MUSSET   (1810-1857)